mercredi 8 juillet 2015

Me voilà OFFICIELLEMENT PATISSIERE! J'ai obtenu mon CAP PATISSIER!

Bonjour,

Pour les personnes qui me suivaient régulièrement depuis bientôt 3 ans sur le blog et sur Facebook, vous avez du vous apercevoir que je n'ai pas beaucoup publié depuis la fin de l'année dernière. 

A cela un manque de temps et d'envie pour la prise des photos et leur traitement, l'écriture des articles, un déménagement en cours d'année, un changement de rythme de travail avec des jours de repos qui ne se suivent pas, une vie familiale bien remplie... et une envie qui m'a fait continuer à pâtisser. Un défi personnel. 

Celui que je n'ai pas pu réaliser l'an dernier par manque de temps déjà. Celui que j'ai failli ne pas me lancer cette année non plus pour les mêmes raisons, avec une vie personnelle et professionnelle cette fois chamboulée. On a tendance à penser qu'on ne peut pas tout concilier.

Et puis on croise une personne qui vous remotive dans votre projet. C'est ce qui c'est passé fin janvier à la soirée du personnel de mon entreprise. Le mari d'une collègue dans le métier m'a poussé à me remettre en selle et il a bien eu raison.

Dans mon entourage proche, familial ou amical, peu de personnes ont été mises dans la confidence. Par peur. Peur d'échouer et de devoir me justifier ou parler de mon échec. Parce qu'il est plus facile de dire à une personne qu'on connaît peu qu'on a échoué, plutôt qu'à une personne à qui vous tenez. Et que vous ne voudriez pas décevoir. J'ai donc gardé le secret jusqu'à aujourd'hui.


Les résultats sont tombés ce matin, je suis maintenant diplômée en pâtisserie. En candidate libre. Sans cours, sans prof, sans stage. J'ai obtenu mon CAP PATISSERIE. En 4 mois à peine de préparation. En bachotant tous les soirs et les dimanches après-midi sur la théorie pour passer les 2 épreuves écrites. En m'entraînant les dernières semaines tous les mercredis de 7h à 13h30 non stop et des dimanches matin pour la pratique, pour essayer toutes les recettes du programme une fois au moins, pour m'organiser pour le jour de la pratique.

Et puis le mois de juin est arrivé et j'ai à nouveau hésité à me présenter aux épreuves. Trop tard pour reculer. Il a fallu investir des centaines d'euros de plus pour le matériel et la tenue. Les 11,12 et 16 juin ont été durs. Je me suis retrouvée seule candidate libre au milieu des jeunes du CFA dont certains avaient la moitié de mon âge... avec ma voiture en panne et un lieu d'examen à 30 min de mon domicile. Je me suis accrochée, j'ai donné tout ce que je pouvais.



Quand on veut on peut. Eh bien oui, je l'ai vérifié. J'ai réussi, avec un travail, 2 enfants encore petits, un mari adorable qui s'occupait d'eux quand j'en avais besoin. Qui a supporté mes conversations interminables sur la pâtisserie, mes moments de doute, mes batailles acharnées avec la pâte feuilletée, qui m'a rassuré. Et qui a du avaler des gâteaux de toutes sortes sans (presque) rechigner.

Et maintenant? Je me suis simplement prouvée que je pouvais avoir un niveau professionnel. Je ne compte pas me reconvertir. La pâtisserie restera un plaisir jusqu'au jour où peut-être quelque chose ou quelqu'un me donnera envie d'aller plus loin.