lundi 8 avril 2013

Un après-midi au Plaza Athénée de Paris: j'ai dégusté une religieuse caramel beurre salé!

Bonjour à tous,

Samedi dernier, c'était sortie entre filles. Et nous avons décidé d'aller goûter dans un des palaces parisiens, et pas n'importe lequel: le Plaza Athénée. C'est l'hôtel restaurant de luxe dans lequel Alain Ducasse est aux commandes d'un des cinq restaurants de l'établissement. Il y même a installé son restaurant de Haute Cuisine "Alain Ducasse au Plaza Athénée". Et c'est Christophe Michalak qui officie en tant que Chef Pâtissier. C'est donc spécialement pour déguster l'une de ses pâtisseries fines et originales que nous avons bravé la grisaille, le froid, le vent et les heures de transport en commun.

Je vous raconte ce moment?

Le Plaza Athénée est situé sur la célèbre Avenue Montaigne sur laquelle se trouvent beaucoup de magasins de luxe et de grandes marques de la haute couture. Arrivée près du Pont de l'Alma à quelques minutes à pied de l'établissement. La première vue que l'on a est celle de la Tour Eiffel et des bateaux mouches sur la Seine.

Nous nous sommes données rendez-vous devant le palace et nous nous demandons si nous pourrons passer la grande porte tambour. Ou s'il y aura encore une table disponible à cette heure-ci dans la Galerie des Gobelins.


Ça y est, nous sommes dans le lobby de l'hôtel. L'amie qui m'accompagne est impressionnée par ce qu'elle voit. Tout à fait normal lorsque l'on rentre dans ce type d'établissement pour la première fois. Pour ma part, j'ai côtoyé déjà longuement cette clientèle très fortunée et ce monde apparent de luxe de part mes différentes expériences professionnelles. Je me dis même que le lobby du Georges V que je traversais quelques fois était beaucoup plus impressionnant ^^ Je remarque quand même les splendides compositions florales contre les colonnes de marbre.


Nous nous dirigeons à l'aveugle vers l'entrée de la Galerie des Gobelins et regardons immédiatement si l'une des tables est libre. Le groupe devant nous est pris en charge par l'hôtesse puis elle vient à notre rencontre. C'est bon, elle nous invite à la suivre. Ouf, objectif atteint. Nous aurions été extrêmement déçues si nous n'avions pas pu y accéder.


Elle nous installe sous une alcôve face à la terrasse, prend nos manteaux et nous remet le ticket pour le vestiaire. Nous voilà assises dans de confortables et profonds fauteuils. La lumière est tamisée (je me dis alors que ce ne va pas être simple de faire quelques photos correctes), l'ambiance feutrée. Notre table est ornée d'une petite composition florale. Mon œil est immédiatement attiré par le chariot de desserts qui passe à proximité. L'hôtesse nous remet la carte. Bien sûr, les prix sont prohibitifs mais nous nous y attendions. La pâtisserie est à 18€ et la boisson chaude entre 10€ pour un thé et 14€ pour un chocolat viennois.

Il est temps de passer commande. Mon choix était fait bien avant l'arrivée mais je ne vois pas la pâtisserie de mes rêves sur le chariot. Heureusement pour moi, les deux dernières étaient cachées. Ce sera une superbe religieuse caramel au beurre salé et un chocolat viennois pour moi et un Paris Brest praliné avec un thé mélange Plaza pour mon amie. Elle a hésité un instant pendant que notre hôtesse nous présentait les pâtisseries et biscuits alignés sur le chariot.

Quelques minutes plus tard, le maître d'hôtel s'approche de notre table. Il nous sert un verre d'eau minérale puis nos boissons chaudes qui sont contenues dans de superbes théières et pot à lait en argent. Avant de déposer à ma droite une grande coupe de crème fouettée. Je me dis que je ne mangerai jamais tout! Nos pâtisseries arrivent. Nous les admirons sous toutes les coutures avant de tenter une prise de vue la plus discrète possible... 
La vaisselle est estampillée mais je n'arrive pas à le faire ressortir sur la photo. 






Il est maintenant temps de goûter. Un instant magique. En plus d'être superbement présentée avec son petit carré de feuille d'or, ses morceaux de caramel fondants et son bâtonnet de chocolat noir, ma religieuse renferme de délicieuses saveurs: le craquelin sur les choux, le crémeux caramel au beurre salé, un filet de caramel beurre salé au fond du petit chou, la crème pâtissière et le glaçage dont le goût se confond avec du chocolat. Je mange petit à petit en savourant. Jusqu'à récupérer les petites chutes de crème au fond de l'assiette.

Le Paris Brest de mon amie a l'air également délicieux avec un filet de praliné qui coule, de belles grosses noisettes et une crème parfaitement déposée.

Le personnel vient s'assurer à plusieurs reprises de notre satisfaction. En voyant que j'avais mangé toute ma crème fouettée délicatement garnie de grains de gousse de vanille et qu'il me reste un peu de chocolat, le maître d'hôtel me ramène généreusement une seconde coupe bien garnie de crème!
Je me fais plaisir, ce n'est pas tous les jours!

J'essaie de prendre en photo le chariot des desserts mais je n'ose bien sûre pas me lever, la qualité des clichés est donc assez médiocre.



Une question me brûle les lèvres depuis notre arrivée. Je demande donc à notre maître d'hôtel si le Chef Michalak est présent. Je n'aurai pas fait ma groupie mais j'aurai juste aimer lui dire que nous nous étions régalées et que ses pâtisseries sont superbes. Malheureusement, il a travaillé toute la semaine et n'est pas présent. Je m'y attendais, il a d'autres activités comme les tournages.

Pendant tout le temps où nous sommes attablées, une douce musique s'élève, c'est celle de la harpe.
Nous n'avons pas vu l'heure filer, cela fait déjà 1h15 que nous savourons ces instants. Il est temps de laisser nos places à d'autres personnes. Nous nous dirigeons vers le vestiaire et demandons à régler notre note. Ma part s'élève à 32€. Ajouté aux frais de transport, cela fait un total de 50€ pour l'après-midi. C'est une somme, certes, mais c'était exceptionnel.

Je garde quand même quelques souvenirs marqués du nom de l'hôtel: la note, du sucre, un sous verre et un chocolat.


Nous prenons le temps de sortir de la galerie et du lobby puis nous nous arrêtons quelques instants sur le trottoir le temps de faire quelques photos de la façade. Mais la circulation est dense, de nombreuses voitures sont garées devant l'hôtel.


Il est temps de reprendre le chemin de la gare. Nous avons passé un moment exceptionnel dans un superbe cadre. Nous nous promettons de revenir cet été et en semaine lorsque la terrasse Montaigne sera ouverte.